Adelaide a conservé le magnétique

Très tôt pendant la phase de définition, et ce sans dévoiler de secret, il était clair que la tentation de baser le nouveau système sur de la technologie sans contact pure était très tendance. Les messages de la profession affirmant que le magnétique était une vielle technologie (limite ringarde) ne contribuaient pas non plus à la sérénité de l’analyse du besoin.
Nous sommes donc revenus aux fondamentaux et avons clairement exprimé la volonté de conserver aux usagers occasionnels les mêmes avantages multimodaux que ceux dont bénéficient les utilisateurs réguliers porteurs de cartes sans contact. Ceci étant établi, le titre pour l’occasionnel serait donc électronique pour permettre un contrôle automatique des correspondances ou des utilisations multiples. La première conclusion fût que la technologie basée sur le papier ou le carton ne pouvait être retenue: tous les systèmes de type codes à barre ne permettaient pas l’automatisation recherchée en embarqué.

Restait donc les billets magnétiques ou les billets sans contact jetables. A l’heure ou j’écris ces lignes le rapport de prix entre un billet magnétique (format Parisien) et un billet jetable sans contact est encore d’au moins 20 fois et il n’y a peu d’espoir pour que la tendance s’inverse. Dans le cas de l’exploitation du réseau d’Adelaide, cette différence se traduit par un surcoût d’exploitation de l’ordre de deux millions de dollars par an….. Le calcul intégre les différences de coût de maintenance, l’amortissement du surcoût lié à la bi-technologie et enfin la différence de coût entre les supports en prenant l’hypothèse d’une utilisation multiple des titres sans contact jetables. La décision était donc sans appel, un système utilisant les deux technologies s’imposait très clairement.

Le système en cours d’installation combine donc la technologie magnétique sous ses deux variantes, basse coercitivité (ancien système) et haute coercibilité (nouveau système) avec des cartes sans contact (dernière version DESFIRE). Cette option technologique rend la mise en oeuvre très facile en permettant d’installer graduellement les nouveaux équipements et en les mettant en service dans la foulée. Les passagers utilisent les billets actuels sur les deux systèmes et on se donne toute latitude pour essayer les autres supports sans interférence avec l’exploitation. Une fois l’ensemble du système installé et en service, les passagers possédant un stock de Multivoyages ancienne définition pourront continuer à les écouler sans souci avant d’opter pour la carte sans contact.

L’aspect vente à bord a aussi contribué au choix technologique. La ville d’Adelaide est très étendue avec une densité de population faible. De nombreux arrêts du réseau ne bénéficient pas de la proximité d’un point de vente, du coup, la vente à bord est indispensable à un service de qualité. Les titres magnétiques sont produits et vendus à bord par le chauffeur en utilisant les équipements de contrôle suivant une  méthode inventée il y a 25 ans: aucun surcoût pour cette fonctionnalité.

Côté backoffice, le nouveau système est compatible avec l’ancien. En plus des données d’activité extrêmement riches exploitées dans une base de données Oracle, il génère des fichiers de données compatible avec le format des anciennes cassettes mémoire qui sont utilisées par le système en place. Les résultats statistiques fournis par le nouveau système peuvent ainsi êtres comparés à ceux générés par l’ancien système évitant ainsi toute polémique liée à l’interprétation des résultats.

This entry was posted in Billets magnétiques. Bookmark the permalink.

3 Responses to Adelaide a conservé le magnétique

  1. Aloha everyone! Do you know where I can get additional posts on this topic?

  2. Adeci says:

    you need time to create interesting and additionally post, real effort to make such a good article.http://www.cartoonnetworkjogos.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *